Thomas Pesquet photographie l’entrée d’Ajaccio un lundi matin.

Par Harry Volta

Depuis qu’il est dans la station spatiale internationale, Thomas Pesquet nous régale avec ses photos de la Corse depuis l’espace. Mais ce lundi matin c’est une scène surréaliste à laquelle il a assisté.

«Je voulais prendre en photo le golfe d’Ajaccio, il était environ 8h, et là je tombe sur un embouteillage. Je ne savais même pas que les corses avaient des voitures. Au début je pensais confondre avec le japon, mais le GPS est formel, c’est bien Ajaccio que j’ai photographié.»

En revanche à Ajaccio les usagers de la route ne sont pas surpris. Antò, quadragénaire, peste: «ùn ne possu più. 40 minutes pour aller d’Aspretto au port de l’amirauté». Un bastiais qui passe par là s’interroge «mais pourquoi ils mettent des feux rouges partout, ces cons, aussi?».

La circulation est devenue un problème épineux à Ajaccio à tel point que certains Ajacciens en sont à souhaiter la construction d’un mini tunnel comme à Furiani.

Ce propos pouvant hautement heurter les lecteurs bastiais, nous tenons à préciser que ce souhait loufoque a été émis par un ajaccien qui venait de sortir d’une projection de 50 nuances de gray et qu’on a retrouvé avec un figatellu dans l’anus. Précision utile…

 

Par Harry Volta

 


Derniers articles


1 Rétrolien / Ping

  1. Thomas Pesquet photographie l’entrée d’Ajaccio un lundi matin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*