Ne se trouvant pas assez critiqué, Trump envisage de racheter le SCB.

« Je vais enfin vraiment me faire des ennemis! »

Coupable de tous les maux du monde avant même d’avoir agi, le nouveau président américain se sent déjà proche de Bastia 1905. Pourtant, l’association de supporters se désolidarise.

« On aurait pu l’accepter en tribune. Des gens qui parlent à tort et à travers, c’est pas ce qui manque chez nous. Mais si il fait partie des dirigeants, c’est nécessairement un adversaire, non? »

Le seul homme osant porter un renard mort sur la tête sans se sentir couillon ne se démonte pas pour autant. « C’est comme au Parti Républicain. Ils m’ont critiqué mais dès que j’ai remporté la victoire, ils m’ont tous porté en triomphe »

« La seule chose que je trouve inacceptable, c’est cette histoire de cris de singes lancés à des hommes noirs. Les singes ne méritent pas ça! »

C’est après ces paroles qu’il s’est pris un tacle dans la bouche par Mamadou Faye (qui est plus bastiais qu’il n’est noir), lui rappelant au passage qu’en Corse, la seule race qu’on n’aime pas, c’est celle des cons.

Avant de redécoller de l’aéroport de Bastia-Poretta, Donald Trump a déclaré: « Je respecte ça. Les cons, c’est la race la plus répandue sur Terre. Ça prouve qu’ils n’ont peur de rien, ces corses. Eux au moins, c’est pas des pédés. » La Police aux frontières a eu du mal à l’arracher vivant des mains manucurées des stewards d’Air Corsica.

 


Derniers articles


1 Rétrolien / Ping

  1. Ne se trouvant pas assez critiqué, Trump envisage de racheter le SCB.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*