Daesh présente Blabla-Ouakbar, son nouveau service de covoiturage.

Par Ferdinand Boisson

« Si tout se passe bien incha’Allah, on vise plusieurs trajets hebdomadaires à la fin du mois ! », a déclaré dans un communiqué Abou Bakr Al-Baghdadi, numéro 1 de Daesh. « La soirée de lancement samedi à Londres a été un grand succès, avec trois passagers arrivés à destination en moins de dix minutes, hamdoulileh », poursuit le plus barbu des PDG. Et il faut dire qu’il y a de quoi avoir le sourire.

En effet, le coup de com’ a été un beau succès pour l’Etat islamique : grâce à des méthodes de démarchage atypiques, où les représentants de la société sont allés chercher les clients jusque dans les restaurants pour les démarcher, l’application  « BlaBla-Ouakbar » avait déjà été téléchargée plus de cent mille fois ce lundi. On y découvre des fonctionnalités classiques, permettant d’évaluer le conducteur – au choix : conduite sportive, dangereuse, très dangereuse, ou suicidaire.

Par ailleurs, la firme mise sur la grande variété des véhicules mis à disposition pour séduire : « On a de tout, de la Twingo, de la camionnette, et même du poids lourd. Dans cette catégorie on est aujourd’hui les seuls sur le marché, c’est pour ça qu’on a choisi de lancer le business avec un trajet express en 19 tonnes à Nice », nous explique un responsable marketing du groupe à la pilosité faciale très impressionnante.

Beau succès, pour une sympathique société qui avait initialement peiné à démarrer, notamment du fait de son management spécifique : tenues médiévales obligatoires, barrière de la langue, exigence de connaissances religieuses très poussées, et surtout grande précarité – les contrats proposés n’excédant jamais plus de deux semaines, préparation incluse.

On attend avec impatience de savoir quelle opération coup-de-poing cette start-up ambitieuse nous réserve pour se développer à l’avenir. Là-dessus, le PDG se fait optimiste, mais mystérieux.
« Tout est possible avec nous, vous savez (rires). On a commencé le transport d’objets aussi, tout ce qui est couteaux de cuisine, matériel de boucherie, tout ça. Alors c’est vrai qu’on envisage de passer à la vitesse supérieure, avec des plus gros trucs. Mais je ne vous en dis pas plus, surprise ! (rires) »

Suite à ces déclarations, la Mairie de Paris a déclaré qu’elle allait faire installer un interrupteur pour la tour Eiffel directement sur le bureau d’Anne Hidalgo. « En France, on est toujours en retard sur tout. Alors pour une fois, on veut pouvoir réagir au quart de seconde. Marre du procès en inefficacité. » De leur côté, Facebook et Twitter ont annoncé la création d’une équipe dédiée à la création de décors spéciaux pour photos de profil, ainsi que de hashtags sur mesure. « Ils révolutionnent la com’, ça nous plaît, alors comptez sur nous pour accompagner tous nos clients dans cette nouvelle aventure ! » affichait Facebook sur sa page officielle.

 

Par Ferdinand Boisson

 


Derniers articles


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*