La carte d’identité Corse jugée assez peu efficace.

La photo ne permettant pas d’identifier facilement le propriétaire de la carte, c’est déjà assez problématique. Extraits d’une interview où l’on a pu constater que réussir à obtenir des informations privées s’avère être un véritable parcours du combattant.

« Je suis un combattant, oui, c’est vrai, mais qui a déposé les armes. »

Dans ces conditions, pourquoi continuer à dissimuler votre visage?
« Quand Batman n’est pas en train de combattre le Joker ou le Pingouin, qu’il est tranquillement en train de manger un sandwich Prisuttu/Fromage, il n’enlève pas son masque pour autant, non? »

Pourquoi pas… Et quand vous allez aux toilettes?
« Si je portais une cagoule à la place du slip, je l’enleverai, evidemment. Mais sur la tête, ça ne gêne en rien. »

Mais pour vous identifier, il faut bien un point de repère! En quoi donner votre nom vous dérange?
« Je suis pas une donneuse, je balance pas des noms comme ça. »

Le nom d’un autre, je comprends, mais là, on parle du votre
« Charité bien ordonnée commence par soi-même. »

Vous avez refusé de donner votre année de naissance mais pas votre taille. Pourquoi?
« Je te trouve bien curieux. »

C’est que je suis journaliste. Poser des questions, c’est mon métier.
« C’était aussi celui de Julien Lepers. Il y a une fin à tout. »

C’est pas faux… Bon ben on fait quoi alors?
« Tu viens encore de poser une question… »

Ha oui, merde. Déformation professionnelle, je suppose. Après tout, c’est mon travail.
« Travail? Je suis pas venu ici pour entendre des gros mots, okay? »

(L’interviewé se lève pour quitter la pièce)

Je vous trouve bien susceptible et un brin caricatural…
« Et en caricature, les journalistes s’y connaissent, hein? »

C’est pas faux…

 


Derniers articles


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*