Le #JeSuisGrasse ne connait pas le succès escompté.

Le politiquement correct a encore fait des siennes. Alors que les attentats de Grasse connaissent un dénouement relativement heureux (dans le sens où personne n’est mort), les internautes qui voulaient réagir en apportant leur soutien moral ont vu leur velleité humaniste castrée en plein vol.

Le Ministère de la Morale et du Bon Goût nous propose une fois de plus de nous réjouir de « vivre dans un siècle qui a résolu tous les vrais problèmes humains en appelant un chat un chien ». 

Si l’on sait maintenant que le jeune homme ayant commis cet acte crétin n’est pas un fils d’immigré clandestin mais le fils d’un conseiller municipal (ce qui doit contrarier les fans du FN), il y a fort à parier qu’il doit être du bon coté de la barrière politique pour que l’on evite de citer le parti auquel appartient le papounet (ce qui doit contrarier les fans du FN).

Oui parce que bon, ça aurait été un arabe, un Corse, un élécteur FN ou un soutien de François Fillon, inutile de dire que le terme « Fils de conseiller municipal » aurait été agrémenté d’adjectifs superlatifs, superviolents et supercons.

Donc finalement, le long chapelet d’injures et anathèmes médiatiques n’aura probablement pas lieu. Alors que la prolongation de l’Etat d’Urgence sera probablement signée plus vite qu’il n’en faut à un flan pour être démoulé.

 


Derniers articles


1 Rétrolien / Ping

  1. Le #JeSuisGrasse ne connait pas le succès escompté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*