Les funérailles du Parti Socialiste auront lieu en l’église de Jarnac.

La boucle est bouclée. En rejoignant le cimetière où repose François Mitterand, le PS (qui lui aussi fut bardé d’enfants illégitimes couteux vivants aux crochets de l’Etat) termine son histoire avec une forte symbolique.

Nombreux en furent les fossoyeurs. Mais point ici d’enfants de choeur.

« Mais de la Mort nait parfois la Vie ». Et on sait bien qu’on ne meurt jamais vraiment en politique. Les endeuillés n’auront pas le temps de voir leurs larmes sécher que déjà, ils se seront remariés sans aucune forme de pensée pour le cadavre encore tiède du parti qui leur avait pourtant tant donné.

« Au moins assumons-nous notre deuil, ce qui n’est pas le cas des Républicains qui continuent leur valse avec un parti zombifié. Alors que notre Valls a su conclure son oraison funèbre en venant jeter une dernière rose sur le cercueil. »

Absent à la grand-messe, Benoit Hamon, cocu magnifique, a refusé d’assister au long défilé des amants du Socialisme alors que lui n’a même pas eu le temps de consommer sa relation.

« Ils ont vaqué au même trou mais finalement, c’est moi qui garde l’héritage. » Une primaire à quelques millions d’euros dont le jeune veuf conserve l’usufruit, ça permettra de faire mieux passer la pilule (Enfin, au vu du mode opératoire, il semblerait que plutôt que de pilule, on devrait plutôt parler de suppositoire).

 


Derniers articles


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*