François Hollande sera finalement guillotiné dès lundi matin.

Par Ferdinand Boisson

Le verdict est tombé, et il est sévère : alors que Francois Hollande avait demandé un délai de trois mois, «juste pour pouvoir continuer à pécho quelques meufs (sic)», le Conseil Constitutionnel a confirmé qu’il serait bel et bien guillotiné dans la cour de l’Elysée dès le lendemain du second tour de la présidentielle.

«La pression populaire était trop forte, même nous on n’en pouvait plus d’attendre», a déclaré Bernard Cazeneuve ce matin.

«Un délai ? Et aussi une pipe et un café, tant qu’on y est ?» avait quant à elle twitté Ségolène Royal, qui sait bien de quoi elle parle, dès l’annonce du recours présidentiel. L’impopularité record du futur ex-président a aussi joué un grand rôle.

«Sans déconner, on n’avait pas vu ça depuis l’Ancien Régime ! Même dix minutes avant l’échafaud, Louis XVI avait une meilleure cote que François» note un proche du dossier dans un grand éclat de rire.

Comble de l’humiliation, c’est vêtu d’une tenue brodée du XVIIIe siècle et d’une perruque poudrée que le tombeur déchu devra se rendre à l’échafaud, ont précisé les juges. L’un d’entre eux nous confie même que la guillotine ne sera pas rangée après l’exécution cette fois-ci, gain de temps oblige.

«Avec Valls qui se représente aux législatives, et Macron que personne ne peut blairer avant même son élection, autant laisser le matos dehors : on risque d’en avoir de nouveau besoin très vite (rires)»

 

Par Ferdinand Boisson

 


Derniers articles


1 Rétrolien / Ping

  1. François Hollande sera finalement guillotiné dès lundi matin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*