De passage en Corse, Hollande se prend un brocciu sur la tête.

Alors qu’hier, au Salon de l’Agriculture de Paris, Emmanuel Macron recevait un œuf sur le crâne, c’est au tour de son mentor social-libéral de faire les frais de la colère des producteurs agricoles.
Le Président de la République Française quittait l’enceinte de l’aéroport d’Ajaccio lorsqu’un jeune homme, pourtant situé à bonne distance, réussit à l’atteindre au visage avec un fromage frais.

Atteignant son objectif, le berger aura le temps de crier: « T’as qu’à récupérer l’œuf sur la tronche à Macron et avec ton brocciu, faites-vous un Fiadone! » avant que les forces de l’ordre ne l’immobilisent.
(Retrouvez la recette du Fiadone dans notre page Cuisine&Littérature)

Se rendant ensuite sur la plaque commémorative en hommage au préfet Erignac, il y a déposé une gerbe de fleurs. Une de ses ministres accompagnatrices, Najat Vallaud-Belkacem qui souffre du transport en avion, aurait elle aussi déposé une gerbe dans les toilettes d’un bar à proximité.

Après s’être fait prendre en main à l’apéro par Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni, c’est un François Hollande un peu titubant qui a quitté la Collectivité Territoriale de Corse après avoir signé distraitement le traité sur le statut de résident, la reconnaissance de la langue et du peuple corses, la libération des prisonniers politiques, l’inscription de l’accent Ajaccien au Patrimoine Mondial de l’Humanité, « Chi bellu culu ch’elle hà Catalinetta » comme nouvel hymne national français et la castration chimique pour les hommes politiques corrompus.

Le Président de la République Française s’est ensuite rendu à Furiani, village sinistré lors des dernières inondations qui ont touchées la Corse. Rencontrant une dame d’un certain âge dont la maison avait été fortement touchée, il ne s’attendait pas à entrer en contact avec l’humour corse en se faisant macagner.

« Après les embouteillages monstres du rond-point de Furiani, les résultats nuls du Sporting Club de Bastia et les inondations ravageuses de Décembre, je ne m’attendais pas à ce qu’une nouvelle catastrophe tape à ma porte de si tôt »

Habitué des traits d’humour, François Hollande a répondu: « Oui, mais moi, la pluie, c’est mon truc »

François Hollande devait ensuite se rendre à Patrimonio pour manger un bout et boire un coup. La suite du récit de son déplacement dans notre édition du soir.

 


Derniers articles


4 Commentaires

1 Rétrolien / Ping

  1. De passage en Corse, Hollande se prend un brocciu sur la tête.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*