Super Mario Brocciu

Inutile de vous présenter Super Mario, j’imagine. Un des plus grands héros populaires du 20ème siècle (à un moment, on a même prétendu qu’il était plus connu dans le monde que Mickey Mouse). Inutile aussi de vous présenter la dépression nerveuse. Elle fut elle-même une grande vedette à cette époque.

Le point commun entre les deux? Ce sont deux créations d’esprits malades vouées à nous masturber le cerveau lorsqu’on s’ennuie tout seul. Ne voyez pas là une critique amère, je suis moi-même un esprit malade et la masturbation n’a que très peu de secrets pour moi (comme pour le reste de la gente masculine, féminine et animale de cette planète (après tout, la méthode est assez simple!)) Mais bon, force est de constater qu’avant que cet imbécile de Freud ne l’invente, personne ne faisait de dépression nerveuse (pas même Napoléon après son come-back foireux de l’île d’Elbe, c’est pour dire)

Mais quel événement majeur a bien pu pousser Super Mario à se morfondre sur sa triste condition? Si quelqu’un devrait connaître le bonheur, c’est bien lui! Il mange un champignon et hop, il grandit. Il mange une fleur et youpla, il jette des boules de feu. Il tabasse des tortues dont il ramasse les carapaces vides pour dézinguer encore plus de tortues. Il a un frère pour se sentir moins seul quand il veut jouer au tennis. Il a pas besoin d’air sous l’eau et devient indestructible lorsqu’il chope une étoile.
C’est la fête, donc!

Mais voilà…
Il passe son temps à sauver une princesse (Peach, pour ne pas la nommer) et il ne se la tape pas. Et du coup, voilà-t-y pas que Super Mario se retrouve à pointer chez le psy, tout persuadé que la raison de sa frustration vient d’un problème de zigounette et de pilou-pilou.
MAIS QUELLE ERREUR!

Oui, c’est une erreur parce que son psy ne saura que le renvoyer à un traumatisme de l’enfance, du sexe, ou des deux en même temps si l’occasion se présente. Or, Super Mario est né avec une moustache digne d’un banquier portugais (étonnant pour un plombier italien), donc, il n’a jamais été enfant. Le psy ne peut plus se mettre sous la dent qu’une argumentation sexuelle banale, fadasse et totalement téléphonée vu que Super Mario se bat pendant des heures contre des dragons pour au final repartir avec sa bite sous le bras.

Et là, je crie au scandale!
Quel jugement médiocre! Quelle farce! S’il est tout tourneboulé, c’est uniquement parce que Pacman a été une star du jeu vidéo avant lui et qu’en dépit de son gigantesque succès, il est tombé dans l’oubli (pourtant, William Leymergie en a fait une chanson, comme quoi on a vraiment tout tenté).

Dès lors, Super Mario craint que son destin ne soit voué à la même décrépitude.
Et oui, Mario, l’Empire Romain finit toujours pas tomber et ta fringante moustache n’est pas à l’abri.

 


Derniers articles


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*