Malgré une mèche longue, Plastic Bertrand a explosé.

Après avoir fait péter le Hit-Parade dans les années 80, le Bruxellois a finit par tout faire péter au sens propre du terme. Vu qu’il est question de plastic dans cette affaire, les enquêteurs ont jugé bon de privilégier la piste Corse.

« Plastic Bertrand, Bertrand Cantat, Canta u Populu Corsu… Bon sang mais c’est bien sur! »

Plus boiteux qu’un canard, ce raisonnement est pourtant celui qui sera défendu lors d’un procès qui s’annonce retentissant. Le Procureur attend néanmoins le retour sur terre du corps de la victime pour mener plus loin ses investigations.

En effet, fidèle à son tube « Ça plane pour moi », Plastic Bertrand n’a pas encore atterri depuis que le souffle de l’explosion l’a catapulté dans les airs.

Il faudra un peu de patience, vu qu’il n’est pas impossible que le trépident chanteur ait survecu à la déflagration. Le procureur explique: « Certaines daubes infâmes ayant reussies à survivre aux années 80, il n’est pas dit que Plastic Bertrand ne puisse faire un improbable come-back ».

A moins qu’en ne s’approchant trop de la chaleur du soleil, le Plastic n’ait fondu.
Affaire à suivre. (Quoi qu’en fait, non, on aura forcement un truc mieux à faire.)

 


Derniers articles


1 Rétrolien / Ping

  1. Malgré une mèche longue, Plastic Bertrand a explosé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*