M. Pain d’Epice avoue ses origines corses: « Je suis un Canistrellu »

« Mon ancêtre, Dumé Canistrelli, était un fidèle général de l’Empereur. » D’ailleurs, c’est Napoléon 1er lui-même qui le nomma Gouverneur de la petite ville d’Epice à coté de Montcuq. C’était pas la folie mais Epice à coté de Montcuq, c’est toujours moins dégueu que dedans.

Au cours de la seconde guerre mondiale, Gustave d’Epice, le célèbre résistant, fit exploser de nombreuses bases allemandes en utilisant des pains de plastic, donnant ainsi ses lettres de noblesses au fameux Pain d’Epice.

Dans les années 60, le fils de Gustave « Pain d’Epice » milita dans le mouvement hippie sous le nom de Pain d’Epice and Love, quelques années avant de signer un CDI dans l’administration sous le nom de Pain d’Epice-Tonné.

Originaire du village d’Orezza, le dernier né de la famille Pain d’Epice a privilégié un retour aux sources. Mais après quelques recherches dans son arbre généalogique (un chataignier, parait-il), il a décidé de récupérer le nom de son ancêtre.

Pour fêter le grand retour des Canistrelli, il a voulu inviter tout le village à boire un coup. Mais à peine rentré dans un café, le petit Canistrellu a disparu. Ben oui, un Canistrellu dans un café, ça ne pouvait pas durer longtemps avant de se dissoudre. Et vu que personne n’a voulu le prendre à la bouche, tout ça fait un beau gachis.

Une bien triste histoire.

 


Derniers articles


1 Rétrolien / Ping

  1. M. Pain d’Epice avoue ses origines corses: « Je suis un Canistrellu »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*