Evénement: BFM ouvre une page Facebook pour diffuser de vraies infos.

C’est une nouveauté pour la célèbre chaîne d’infos en continu. On sait depuis longtemps que l’investigation journalistique n’est pas leur fort et il y a fort à parier que vérifier leurs informations et les étayer avec sérieux va être un véritable challenge. Qu’est-ce qui a motivé cette décision?

Le CSA ayant annoncé que les journalistes n’auraient plus l’autoristaion d’utiliser le conditionnel, BFM s’est sentie grandement menacée. « Si on n’a plus le droit de dire « Il paraîtrait », « Il semblerait » ou encore « Il se dit que », c’est le dépot de bilan assuré dans l’année. »

Peggy Bruguière, l’inénarrable « reporter » qui a couvert les événements de Sisco de l’été dernier, donne son avis: « Si ça continue, on n’aura même plus le droit d’interviewer des gens de dos, des ombres chinoises ou même des chaussures! Comment voulez-vous qu’on fasse un travail sérieux dans ces conditions? »

La proposition folle serait de vérifier ses informations et de se contenter de relayer des faits. C’est un concept qui peut sembler désuet dans le journalisme contemporain, mais quand on y pense, c’est pas con.

Alors certes, ça risque d’engendrer une baisse de l’audimat, le téléspectateur ayant une malheureuse tendance à aimer les putasseries. Mais allez savoir! Autant, quand on a que de la merde à manger, on s’en contente, faute de mieux. Mais si on nous propose en échange un bon petit plat bien mijoté, on pourrait apprendre à y prendre goût assez rapidement. Enfin, je dis ça mais faut avouer que je suis assez optimiste, comme gars.

 


Derniers articles


1 Commentaire

1 Rétrolien / Ping

  1. Evénement: BFM ouvre une page Facebook pour diffuser de vraies infos.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*