Différencier la merde et le fiadone. On a testé pour vous.

Par J.P.-G.

C’est vrai que visuellement, la merde part avec un handicap. Avouons aussi qu’au niveau de l’odeur, le fiadone gagne en sympathie. Mais comme vous le savez, juger les choses sur leur apparence, ce n’est pas notre style.

«D’un point de vue de texture en bouche, il faut avouer que des similitudes commencent à émerger.»

C’est ce qu’a constaté notre 1er cobaye, Maître Lapoutz, huissier de justice assermenté après qu’il ait goûté les fiadone de Tata Annonciade et de Mémé Assunta, puis à leurs étrons respectifs avec une gloutonnerie qui faisait peine à voir… (Nous tenons à signaler que nous ne lui avons pas demandé d’en manger, c’est lui qui a insisté!) Il a ensuite quitté la pièce et nous ne l’avons plus jamais revu.

Psychanalystes, généticiens, anthropologues et coiffeurs, nos spécialistes se sont penchés sur le cas de la merde et du fiadone.

Notre enquête atteste que: La consommation de fiadone permet de rester digne en société. En manger à table ne vous discréditera pas aux yeux de vos convives. S’il vous en tombe un peu sur la veste, vous en rirez avec vos amis, avant de récupérer de vos doigts le petit morceau de gâteau égaré que vous porterez ensuite probablement à la bouche avec une discrétion raffinée.
La merde ne permet pas de faire ça. Oh que non!

 

Par J.P.-G.

 


Derniers articles


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*